Un chômage qui ne baisse toujours pas

Chômage

Un chiffre de chômage contesté

Il est impossible d’obtenir un chiffre précis du taux de chômage, il se situe environ vers 10%. Il y a eu  600 000 chômeurs de plus sous la présidence de Hollande.

Certes, les gouvernements successifs ont pris l’habitude de jongler avec les chiffres pour donner une image plus rose que la réalité.

Vous ne pouvez être certain que d’une chose : la photo officielle n’est pas du tout la même que la photo réelle.

Le système n’est pas punitif et il est vrai qu’il y a des gens qui profitent du système et qui ne cherchent pas réellement du travail.

Les allocations ont été considérablement augmentées au cours de cette période. En outre, les Français paient d’importantes cotisations de sécurité sociale en plus de leurs impôts.

Les charges et allocations chômages sont très élevées en France, ce qui freine la reprise économique.

La France a eu 40 années consécutives de déficit budgétaire. La part des dépenses publiques sociales dans le PIB est maintenant de 57%.

Le pôle emploi n’aide pas

Le suivi du chômage est très mauvais, cela consiste juste à se connecter une fois par mois sur pôle emploi et s’actualiser. Quant au conseiller, il s’agit de quelques visites par an.

La plupart des chômeurs ne connaissent même pas le nom de leur conseiller.

Les contrats à court déterminée (CDD) sont désormais la seule option pour environ 80% des nouveaux recrutements.

La différence entre les deux contrats en termes de sécurité d’emploi, de droits à la retraite, d’heures de travail. C’est donc comme un marché de l’emploi caractérisé par la précarité.

Il est extrêmement difficile de trouver un emploi en France. De nombreux emplois sont pourvus par le «bouche à oreille» et ne sont jamais publiés, ce qui complique énormément la tâche des jeunes chômeurs.

Enfin, il est vrai que, comparé aux pays anglo-saxons, notre système est plus favorable aux personnes qui perdent leur emploi. Notamment à la suite de la faillite de leur entreprise.

chômage

Be the first to comment on "Un chômage qui ne baisse toujours pas"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*